Vous êtes en train de visiter le site lesbroussettes.fr et c’est une excellente idée.
Mais si vous lisez ce message c’est que vous êtes un peu en avance….sur votre époque sans doute déjà à la pointe de la mode et des tendances masculines, mais aussi en avance sur nos équipes qui n’ont pas fini de préparer cette nouvelle version du site.

Car Lesbroussettes.fr change totalement !

On change d’équipe de rédaction, on change de lieux, fini les bureaux parisiens, la rédaction travaille maintenant en « remote » c’est à dire partout et nulle part, dans des lieux de coworking superbes ou dans des petits appartements « at home », mais toujours au coeur des tendances ( ou non tendances) masculines.
Et même si l’équipe version 2018 n’est pas exclusivement composée de hipsters barbus, de minet trendy ou d’hommes murs patriarches de la troupe ( salut patron !) les femmes/filles sont très peu représentées dans ce groupe de départ.

Les Broussettes, un site lifestyle man de plus ?

Oui peut-être, sans doute, évidement….mais nous avons la prétention de penser que l’on pourra apporter un petit plus, un autre regard du haut de notre très large éventail d’âge ( de 22 à 48 ans actuellement) et de notre envie de parler 2.0

Les Broussettes vont donc parler aux hommes.

Sans exclusive ni communautarisme, mais plutôt pour parler fringue, moto, foot, voiture, barbe, bateau, girl et séduction, plaisir et bonne bouffe, économie et glandouille, vacances et trip roots, surf de mer et surf des neiges, vintage et super geek…tous les sujets dont on a envie de parler seront traités ici selon des idées et propos qui n’engagerons que nous …mais qui inciterons peut-être à engager la conversation non ?

Les Broussettes, version homme 2018 est donc en retard.

Le projet devait être en ligne en 2017 mais il a aussi fallu changer d’agence internet pour repartir sur ce nouveau blog/site ou plutôt cette vieille dénomination qui nous plait toujours autant : ce web magazine masculin.

A très bientôt donc pour cette nouvelle aventure écrite, parlée, filmée et nous l’espérons partagée !

See you !
Arthur, responsable éditorial de ce édito – mot d’excuse retardataire !